Le mot de la fin

Publié le par Scribe

Ainsi s'achève ce blog. En toute logique, cet article sera le dernier de la dernière page du dernier tome de ce blog encyclopédique en 20 volumes.

Une petite précision avant de commencer à finir : à l'heure où je tapote frénétiquement ces quelques lignes, ce dernier article est aussi le premier. Bien sûr, il eût été facile d'antidater un article postérieur à celui-ci pour le placer facticement à la fin du blog ; je ne tomberai pas dans cette vile machination pour les raisons suivantes :

- Je découvre juste les fonctionnalités du blog et je ne suis pas certain qu'on puisse antidater un article.
- Un article antidaté se serait retrouvé à la fin du blog sans que personne ne le remarque, ce qui aurait été un effort rédactionnel inutile, et ça serait quand même drôlement abusé d'avoir tapé tout ça pour rien, bordel.
- Il est beaucoup plus sûr de commencer par la fin afin d'être certain de ne pas laisser à sa mort une oeuvre (certes bloggique, mais oeuvre quand même) inachevée.
- On ne pourra pas m'accuser d'avoir oublié de remercier des gens. De toute façon je n'avais pas l'intention de remercier qui que ce soit.

Nous pouvons donc entamer l'esprit serein ce dernier message, qui sera, je l'espère, précédé de beaucoup d'autres.


Je tiens avant toute chose à me féliciter pour le travail accompli. Je me souviens encore du jour où j'entamais avec fébrilité mon premier article, l'angoisse du débutant, la fougue de la jeunesse aussi. Vaillant, combatif, j'étais prêt à tout pour conquérir l'Internet, force est de constater qu'à ce jour, j'ai brillamment réussi. Bien sûr, ça n'a pas été sans mal, nombre de concurrents, envieux de mon succès, ont tenté de me mettre des bâtons dans les roues. En vain : c'était préjuger de ma détermination sans faille. Il faut dire qu'ayant trouvé la recette du succès*, les jalousies se sont manifestées de toutes parts, mais je n'ai rien cédé.
Aujourd'hui, à 121 ans révolus, il est temps, je crois, de tirer ma révérence. Dire qu'il y a 100 ans, jour pour jour, j'entamais ce blog, que de chemin parcouru... Que de joies (la naissance de mon premier enfant non modifié génétiquement me revient en mémoire avec émotion), que de peines aussi (foutue 4ème guerre mondiale qui n'en finit pas). Bien qu'étant encore dans la force de l'âge (pour ceux qui s'en inquiètent, la greffe de mon double coeur Intel Turbino s'est très bien passée), je laisse la place aux jeunes quinquagénaires, pour ma part je vais me préparer à une retraite bien méritée après mes 98 ans de cotisation (je sais, je sais, je suis un privilégié, j'ai eu la chance de passer avant la réforme du président-monarque Sarkozy IV, qui comme chacun sait a mis fin aux régimes spéciaux et a instauré les 100 ans de cotisation pour tous).
Je sais que je manquerai à beaucoup d'entre vous, vous qui par millions veniez chaque jour lire mes notes pleines d'humour, de savoir, de lucidité cynique sur la vie, de perspicacité et surtout emplies d'un fabuleux sabolitisme.** Merci, merci à tous de m'avoir lu, quelque part je vous dois tout, même si dans le fond je ne vous dois rien. Bonne route à vous. Je vous laisse, non sans vous donner mon dernier conseil du jour :

Conseil du jour : Si vous allez bronzer sur les côtes de l'Antarctique, prévoyez votre crème anti-UV, on annonce de fortes chaleurs hivernales.

* Note pour moi-même : penser à trouver la recette du succès.
** Note aux lecteurs du passé : ce mot n'est apparu qu'en 2067.


PS :
J'oubliais un élément important. Ce blog étant objectivement une oeuvre majeure des XXI et XXII ème siècles, il sera sûrement conservé pour les siècles à venir. Aussi je tiens à présenter ici, non sans fierté, ce que je considère comme à ce jour la plus belle réussite de l'humanité. Il ne s'agit pas d'une grande découverte ni d'un des innombrables progrès technologiques. Non, cette réussite, c'est avant tout la préservation d'un bien infiniment précieux : notre bonne vieille planète Terre. Je me souviens, non sans sourire intérieurement, de ceux qui, à l'aube du XXIème siècle, nous prédisaient avec affolement la destruction imminente de notre monde si nous ne prenions pas immédiatement des mesures drastiques. A toute époque ses prophètes de l'Apocalypse, avec à chaque fois une invariable constance dans la capacité à se fourvoyer. Car l'homme n'est pas fou, et je tiens à le prouver grâce à deux clichés pris ce matin même par mes équipes en orbite autour de la Terre. Que ces photographies restent à jamais comme des témoignages du soin porté par ma génération à la préservation de notre monde, et qu'elles servent de référence  aux générations futures : ma mémoire infaillible vous garantit qu'aussi loin que je me souvienne, la Terre a toujours eu cette beauté immaculée des premiers jours. Charge à vous de la préserver aussi bien à l'avenir.

La Terre, 23 avril 2108 - Vue globale

La Terre, 23 avril 2108 - Survol de l'Amazonie


Publié dans M. Toulemonde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Scribe 30/12/2009 23:05


Wow, alors là je dis bravo, même moi j'aurais pas eu le courage. :D A la relecture je pense quand même qu'il y a du bon et du moins bon, mais c'est vrai que le plus souvent possible j'ai essayé de
pas faire des articles mal torchés en deux minutes pour faire du remplissage. Donc vraiment merci pour ce compliment, ça me fait bien plaisir.

Très bonne fin de 2009 à toi, et un 2010 encore meilleur.


Pom pom 30/12/2009 22:35


Il est passionnant ce blog ! Et cet article est particulièrement réussi :D Eh oui, je viens de me farcir la lecture des 15 pages (bien remplies) d'Epitaph, et je ne regrette pas !

Joyeuses fêtes de fin d'année ^o^


Reekoo 26/04/2008 13:43

Elle s'est même embellie... Non?