Étude en blonde, seconde partie

Publié le par Scribe

Ayant développé une logique imparable, cette seconde partie fait suite à la première partie (qu'il faut lire avant, sinon vous risquez de comprendre quand même la deuxième partie).



Après un survol général des qualités extérieures de notre fabuleux livre, il est temps de nous attaquer au contenu. Afin d'agrémenter votre lecture, j'ai pris soin de dispatcher au fil du texte quelques échantillons des blagues truculentes contenues dans le fameux ouvrage, sachez les apprécier à leur juste valeur, comme vous apprécieriez une blague Carambar, la subtilité en moins.

Commençons par définir les choses. La blague blonde typique se base sur deux principes fondateurs sur lesquels il ne faut transiger :
  • La blonde est conne.
  • La blonde est salope.
La débilité profonde, congénitale et incurable de la blonde m'est apparue comme étant clairement le principal ressort comique. Intellectuellement pratique, ces blagues nécessitent peu d'efforts cérébraux pour être créées : il suffit d'imaginer une scène d'absurde, d'y ajouter une blonde, de mélanger et d'ajouter éventuellement, selon les goûts de chacun, un soupçon de cohérence (olà, pas trop, vous allez vous faire traiter d'intello, malheureux) et il n'y a plus qu'à déguster.

Quand peut-on dire qu'un blonde est brillante ?
Lorsqu'elle porte une robe à paillettes...


Lors de l'étude de l'ouvrage, j'ai remarqué un élément intéressant : la stupidité blonde est telle qu'elle permet à l'auteur de la blague d'aller toujours plus loin dans la médiocrité humoristique, la blonde étant tellement conne que l'on peut tout lui faire endosser.
Prenons un exemple avec Laurent R. et Philippe M., deux individus choisis au hasard. Dans notre exemple, Laurent est le blagueur, et Philippe subit la blague. J'ai pensé un instant inventer une blague caricaturale pour que l'exemple soit parlant, mais en fait il y a tellement de richesse dans cet ouvrage qu'il est inutile de forcer le trait.

Laurent : Pourquoi les blondes restent-elles des heures à fixer leur jus d'orange sans y toucher ?
Philippe : Je sais pas.
Laurent : Parce que sur l'emballage, c'est inscrit "Concentré".


On a ici le cas typique de la blague mauvaise (bon ça c'est courant, je signalerai plutôt quand il y en aura des bonnes) et bancale. En effet, quel lien de cause à effet existe t-il entre un jus d'orange avec inscrit "Concentré" et le fait que la blonde se concentre sur le jus d'orange ? Aucun. C'est le jus d'orange qui devrait se concentrer si on tient vraiment à placer une blague ici (personnellement je ne suis pas certain que ce soit nécessaire).

Jeu : Dave s'est égaré dans ce groupe de blondes. Sauras-tu le retrouver ?

L'auteur, ayant sans doute vu un beau jour "Concentré" sur sa bouteille de jus d'orange, a dû se dire : "Bon sang, c'est trop génial ce double sens, je suis sûr que je peux en faire une trop bonne blague sur les blondes pour remplir mon quota de pages!". Il sait par avance que le QI moyen du lecteur de son magnifique recueil humoristique ne dépassera pas celui des blondes qu'il met en scène, et qu'il n'y a donc pratiquement aucune chance qu'il remarque que la blague ne tient pas du tout la route. Bien tenté mon gars, mais tu oublies ceux qui lisent ton bouquin et s'amusent à perdre du temps à l'étudier scientifiquement (bon, j'avoue que ce n'est pas forcément le cas de la majorité des gens normalement consitués).

Pourquoi les blondes restent-elles confinées chez elles ?
Parce que les pintades risquent d'attraper la grippe aviaire !

Mais passons maintenant au second principe fondateur : la blonde salope. Moins utilisé dans l'ouvrage mais malgré tout bien présent dans notre recueil, la sexualité dépravée de la blonde nous garantit de savoureux moments de rigolade. Comme pour le premier principe, la blague basé sur la nature nymphomane de la blonde est également prétexte à l'excès, cette fois-ci il s'agit de plonger sans détours dans les bas-fonds de l'humour crasse. Prenons un autre exemple, voulez-vous.

Laurent : Quelle différence y a t-il entre un blond et une blonde ?
Philippe : Je sais pas... Ecoute Laurent tu m'emmerdes, j'ai une notule sur mai 68 à finir là...
Laurent : A la fin de l'été, il y a plus de sperme dans la blonde que dans le blond.


L'objectif est atteint : provoquer un rire gras chez l'auditeur sans trop user sa matière cérébrale. L'avantage de ces blagues utilisant la caractéristique "blonde salope" est qu'elles peuvent souvent être réadaptées par le beauf qui pourra facilement remplacer "blonde" par "femme", les potes au bistrot riront encore davantage.
Il est cependant à noter que j'ai davantage souri aux blagues de type "blonde salope" que de type "blonde conne". Mon côté pervers doit être plus développé que mon côté connard.

Qu'est ce qui est blanc et qui fait Pschitttt dans l'eau ?
Une blonde qui se trempe les fesses.

Il est intéressant de constater que les deux principes fondateurs sont rarement combinés, non par souci éthique envers la blonde (et puis quoi encore), mais parce qu'une telle entreprise risquerait d'embrouiller l'esprit du beauf qui doit rire de la blague, celui-ci pouvant en effet difficilement suivre sur les deux tableaux. Notre livre contient néanmoins quelques exceptions, nous y reviendrons plus loin.

*****

Cet article deviens trop long, trop chiant. Je sens que je vais perdre des lecteurs. Vite, une photo d'un blonde nue et sexy pour réveiller l'attention. Les enfants ne regardez pas.

"Ah, quelle vue imprenable sur le pot de géraniums."

*****

Je me suis livré à une petite étude statistique sur l'ensemble de l'ouvrage. Je tiens à signaler que ce fut d'une grande pénibilité, et qu'en réalité j'ai fait les statistiques sur la moitié des blagues seulement, et encore, j'ai un peu bidouillé les chiffres, mais à part ça j'ai effectué les calcul sur tout le livre avec la plus grande rigueur. Ce fut d'autant plus difficile que si l'on peut rire à quelques blagues énoncées à la volée, se farcir plus de 150 blagues à la suite relève du masochisme. Car comme le montre ce graphique, il est scientifiquement prouvé que plus le nombre de blagues lues est élevé, plus le potentiel comique baisse :


Oups, pardonnez moi, ça c'est le graphique prouvant scientifiquement que le shampooing Head & Shoulders aide à réduire durablement les pellicules, voilà le bon graphique :


Grâce à mon travail poussé, j'ai pu établir les données suivantes. Sur 150 blagues :

64 étaient nulles, mauvaises, à chier.
78 étaient passables, correctes, sans plus.
8 étaient drôles.

Mais j'entends déjà les contestations "N'importe quoi, tu peux pas juger l'humour comme ça, l'humour c'est différent pour chacun, toi t'es qu'un con de pisse-froid, t'y connais rien, c'est trop subtil pour toi" etc. A ces critiques offusquées, je répondrai avec rigueur et arguments mesurés : c'est mon blog, je dis ce que je veux et j'ai raison.

Que fait une blonde sur les quais de la Seine avec une bombe insecticide ?
Elle vaporise les bateaux-mouches.


Pour conclure cette étude, soulignons dans le lot des blagues pourrites quelques vannes atypiques qui méritent l'attention :

The Extreme Joke :
Pourquoi attache-t-on un os autour du cou des blondes ?
Pour que les chiens veuillent bien jouer avec elles !

Chais pas vous mais moi, en plus d'être pas drôle, j'ai trouvé ça limite trash quand même... La blonde est un sous-être ? Un peu choquant quand même, quand on sait que la race aryenne est quand même la race supérieure. Ils feraient bien de relire leurs classiques, Mein Kampf est sorti en édition de poche récemment, jetez vous dessus, c'est toujours aussi plaisant à relire les soirs d'hiver, au coin du four.
Oui, cette blague est vraiment de très mauvais goût, j'autorise les insultes dans les commentaires à ce propos.

The Anti-Americanism Joke :
Que se passe-t-il si une blonde emménage aux Etats-Unis ?
Une augmentation du Q.I. moyen de la population des deux pays !

La blague qui fait rire le gros con français. L'Américain est crétin, c'est connu, et surtout, il est beaucoup plus con que nous, Français ! Attendez, c'est connu, le Français moyen est quand même plus intelligent, ils le disent à la télé. La preuve qu'on est plus intelligents ? Bah chais pas, par exemple on fait des bouquins de blagues subtiles sur les blondes qui s'écoulent comme des petits pains, si ça c'est pas la preuve de notre supériorité intellectuelle je sais pas ce qu'il vous faut.

The Stupid & Bitch Joke :
Comment faire entrer quelque chose dans la tête d'une blonde ?
En greffant un vagin dessus.

Je vous avais parlé plus haut de quelques blagues qui combinent les deux principes fondateurs. En voilà une. Avouez que ces blagues atteignent les plus hautes strates de la subtilité et la rigolade ultimes.

The Incomprehensible Joke :
Qu'est ce que les blondes accrochent derrière leur tête pour être plus attirantes ?
Leurs chevilles !

Moi j'ai pas compris, pourtant j'ai bien cherché, une allusion sexuelle, un double sens... Rien. Non, vraiment, je vois pas... Il y en a plusieurs dans le bouquin que j'ai compris à la quatrième ou cinquième lecture, mais celle-là me laisse vraiment sceptique. Si vous avez la solution, je suis preneur...

The Special Partnership Joke :
Quelle est la blonde plus bête que toutes les autres blondes ?
La Kronenbourg !
Et quelle est la seule blonde plus intelligente que toutes les autres blondes ?
La Kanterbrau...

Bon, en fait ça aurait pu être The Incomprehensible Joke Bis, parce que celle là aussi me laisse complètement démuni. A part l'hypothèse du partenariat douteux (Une Kanterbrau achetée, un bouquin de blagues offert !), je vois pas ce qu'il peut y avoir de drôle là dedans...

The Funny Joke :
Quelle recommandation une maman blonde fait-elle à sa fille blonde avant qu'elle ne sorte ?
- Si tu n'es pas au lit avant minuit, rentre à la maison !

Bah oui, il fallait bien terminer par une des rares blagues drôles (enfin, que j'ai trouvé drôle) du bouquin. Bon je sais, c'est pas l'hilarité totale, mais comparé au reste, c'est pas mal.


Allez, fini de rire, cette étude en blonde est finie (qui a dit "Enfin !"), je sais pas vous mais tout ce lolage, ça m'a lessivé. J'vais me regarder un ptit DVD de Bigard pour me changer les idées.

Publié dans Laurent Ruquier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Scribe 22/10/2008 13:32

Merci pour ce commentaire sincère, il me touche et me pousse à continuer (sans rire) !

Stéphane 22/10/2008 12:36

Google (le fumier) m' a affiché un lien vers votre blog après une recherche malheureuse.

Il n'y a rien de plus insupportable qu'un crétin arrogant persuadé qu'il sait écrire. Votre blog en est la parfaite illustration.

Je ne pense pas avoir contribué à un embouteillage au niveau de la bande passante lors de ma courte visite ! Je m'en voudrais toute ma vie.

Scribe 17/07/2008 22:48

Au départ je voulais faire un article sur la faim, la guerre et le sida dans le monde, mais je me suis dis que c'était trop facile, tout avait déjà été dis, je me suis donc attaqué à un truc vraiment difficile et novateur, et ainsi est né cet article.
Comme vous l'avez très justement vu, j'ai décidé de m'indigner (le mot n'est pas trop fort) contre ces blagues et de m'ériger en défenseur de la cause des blondes qui est, je trouve, bien trop négligée. Je trouve ça un peu facile de toujours dire qu'on souffre dans les pays du Tiers Monde quand tout près de chez nous des blondes sont ainsi martyrisées.
Tout le monde n'a pas la chance d'avoir votre sens de l'humour et cette capacité de prendre du recul. Vous semblez très bien comprendre le second degré, mais tout le monde n'a pas cette chance : avez-vous pensé à toutes les blondes qui se suicident à cause de ce genre de blagues ?

Mais vous avez quand même raison sur un point : la prochaine fois j'essaierai peut-être de mettre de l'humour dans mon texte plutôt que de faire un article sérieux comme celui là.

PS : ce n'était pas la peine de dire que vous étiez blonde : j'avais remarqué.

Ashley 16/07/2008 12:41

Mon Dieu, quelle perte de temps que de se prendre la tête à analyser un livre de recueillant des histoires sur les blondes !
Vous n'avez vraiment rien d'autre à foutre.
Il y a tant de choses qui peuvent indigner et qui en valent la peine.
Franchement, je suis blonde et je n'ai aucun souci avec ce genre d'histoires. Il faut les prendre pour ce qu'elles sont et vous prendre moins au sérieux.

Scribe 14/05/2008 19:57

Un médecin, on a besoin d'un médecin, y'a un type qui délire tout seul là, emmenez le !

Quoi ? Mais non c'est pas moi, c'est lui enfin ! Mais si c'est moi qui ait écrit cet article débile, mais enfin je... Ce n'est pas une raison ! Aaah !

Heu sinon non, pas les autres blagues drôles, j'ai pas gardé les pages et j'ai pas vraiment envie de me replonger dedans pour retrouver. Je sais, c'est tragique. Et pis t'as raison, on pourrait me faire un procès, faut qu'je fasse gaffe, c'était indiqué au début du bouquin.