A day in da fuckin' life

Publié le par Scribe

J'ai eu envie de mettre beaucoup d'images dans cet article. Si vous avez une petite connexion, bien fait pour vous.

J'étais un brin déprimé quand j'ai écrit l'essentiel de cet article. Comme aujourd'hui, je le suis moins, j'ai légendé certaines photos avec une touche d'humour d'un niveau médiocre, afin de compenser un peu.



En ce moment je suis plutôt paumé. Une nouvelle année (scolaire) va commencer sans que je sache où je vais.
Résumons la foule de questions que je me pose à une seule, celle que nous avons tous entendue un jour de la part d'un adulte qui ne trouvait sans doute rien d'autre à dire :

"Alors, qu'est ce que tu veux faire plus tard ?"

"Plus tard", ou "quand tu seras grand". Mais c'est super loin ça, c'est... quand je serai grand quoi. Alors généralement, je répondais :

"Je sais pas trop encore..."


"Plus tard", il arrive un jour où c'est maintenant, et si ce jour là vous en êtes toujours à "je sais pas trop encore...", alors vous vous retrouvez à devoir décider en peu de temps de votre vie future. Je sais pas pourquoi j'ai l'impression que pour la grande majorité des gens, ce n'est pas un problème. Que beaucoup savent, depuis longtemps, quelle est leur voie.
Ou bien, quand ils ne savent pas, subitement, un jour, oui, ils savent, ils seront prof, kiné, docteur, garagiste, libraire, ingénieur, père Noël, pape, roi de l'univers. Bref, un jour la lumière divine tombe sur eux et c'est la Sainte Illumination, ça y est, leur voie est tracée.

Superbe photo, non ?

Alors pourquoi moi, qui cherche autant qu'eux pour trouver, qui me creuse autant la tête, qui envisage de multiples possibilités, pourquoi rien ne me convainc ? C'est énervant quand même... frustrant... angoissant.

O RLY ?

Que faire ?

Je ne veux surtout pas, absolument pas, définitivement pas prendre un chemin par défaut. Ne pas choisir sa vie et se laisser guider par le hasard, les circonstances, comme une pierre lancée du haut d'une colline et qui va échouer dans un trou au hasard du terrain irrégulier. Je veux pas être comme tous ces gens avec qui j'ai travaillé cet été, qui n'ont pas choisi et se retrouvent à se plaindre tout le temps et à n'attendre qu'une chose, la retraite.


La belle affaire la retraite, se retrouver à grattouiller ses géraniums ou à faire du tricot alors qu'on avait toute la vie pour pour faire de vraies grandes et belles choses, et qu'on a tout foiré à se contenter de son petit quotidien qui tourne rond. Brrr, non, plutôt se jeter du haut d'une tour, abréger ses souffrances tant qu'il est temps avec une mort à sensations, plutôt que de se rendre compte qu'on a raté sa vie à 90 piges et qu'on ne peut que souhaiter une canicule ou, pour les plus extrêmes, tenter de se tailler les veines à coups de lime à ongles.

- Il s'est jeté d'une tour parce qu'il aimait pas son travail ou parce qu'il était fauché ?
- Non non, il s'est juste fait jeter de son travail à la tour Foshay.

Par moments et surtout ces derniers temps, cette question m'obsède tellement que je n'arrive pas à me concentrer sur autre chose. Je sature. Je pense trop, pas assez à ce qu'il faudrait. Des vacances...

Capitaine !!! C'est affreux, une main géante s'est agrippée à la queue de l'appareil !!!

Je suis sans doute resté un grand môme. Travailler me fait flipper. Pas l'effort du travail, mais l'idée même d'intégrer le monde du travail... Devenir adulte, et responsable... On associe toujours adulte et responsable, c'est terrible...

Si un jour, par malheur, je deviens adulte, j'essaierai toujours d'être un adulte irresponsable, pour compenser.



...


Pour finir par un truc complètement hors sujet, et parce que cette note de blog manque cruellement de femmes nues... Je sais pas d'où vient l'image, mais ça me surprendrait pas que ça vienne du feu journal Hara Kiri. Ça serait bien le style en tout cas.



Toutes les photos de cet article ont été piquées à droite à gauche sur le net, je sais plus trop où... Quand j'ai la source, j'ai mis un lien sous l'image.

PS : toute allusion au 11 septembre dans cette page n'a été remarquée qu'a posteriori et n'est donc pas imputable à la perfidie de l'auteur, ou alors à sa perfidie subconsciente. Notez quand même que c'est curieux, ces deux images...

Ce gif est hypnotique...

Publié dans Méditations diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gaylord 13/09/2008 13:52

Je pense que tu te prends definitivement trop la tete. On ne sait pas ce qu'on veut faire qu'on est ado au college, au lycee puis apres a l'universite. (sauf quelques rares exceptions qui se rendent souvent compte qu'elles se sont plantees magistralement).
J'ai 27 ans, un tres bon CV, de bonnes etudes, et je peux me poser parfois les memes questions que toi et mes amis se les posent aussi a chaque changement de leur vie.

Je vais dire une chose de vieux parents chiants (mais tellement vrai), l'important c'est d'avoir au moins un diplome. (je ne parle pas d'etre ingenieur car un diplome d'universite est tout aussi bon et encore meme meilleur quand tu vas a l'etranger). Meme si ca ne t'apporte pas le boulot le plus excitant du monde, ca te donne une base pour avoir de l'argent et la possibilite de reflechir et d'essayer de nouvelles voies. Car a galerer avec pleins de metiers differents sans reels diplomes, on cours toujours apres l'argent et les annees passent tres vite ainsi.

Mais rien n'est ecrit.
J'ai connu au Canada, un gars qui a ete ingenieur en electronique pendant 10 ans, il a beaucoup aime et un beau jour a voulu change et est maintenant professeur de Yoga ... comme quoi ;)

Ah oui et la vie d'adulte est en fait beaucoup plus agreable que la vie d'ado (enfin quand tu as un taf et de l'argent) donc ne te fais pas de soucis !

Profite de ce que tu vis maintenant, tu ne le vivras qu'une fois ;)

Scribe 08/09/2008 00:46

Ouais, c'est très vrai ce que tu dis. Je dois manquer de spontanéité dans ma démarche, et de sincérité envers moi même. Et puis merde, on me bourre trop le mou avec ça, ça m'obsède sans doute plus que ça ne devrait.
Je pense qu'après le tout est d'être suffisamment courageux pour ne pas se complaire dans un boulot qui ne nous plaît pas et de prendre le risque de changer, même si financièrement c'est plus casse-gueule.

NounouOgg 07/09/2008 17:16

Elle a raison la Saucière bleue ! Définis d'abord ce que tu ne veux surtout pas faire (ou être), et en fonction de ça, fais ce qui se présente jusqu'à ce que ta voie soit plus précise. Ce ne sont quand même pas les capacités qui te manquent !!

Flying Saucer 07/09/2008 11:13

C'est quand même marrant que tu ye prennes la tête à ce point !
Il y a 20 ou 30 ans peut-être...
Mais aujourd'hui ?
Il y a peu de chances que tu fasses la même chose toute ta vie. C'est terminé les carrières de 30 ans dans la même boîte, dans le même métier. Ce que tu décides aujourd'hui n'hypothèque pas ton avenir. Qu'est-ce qui t'empêche de choisir de devenir proF. pour changer d'avis dans 5 ans et partir étudier les lémuriens à Madagascar ?
J'ai fait une dizaine de métiers dans ma courte vie professionnelle (20 ans) et je ne regrette rien parce que je sais aujourd'hui ce que j'ai envie de faire.
Allez Scribe, choisit ce qui te paraît le plus cool aujourd'hui. Plus tard, quand tu sauras ce que tu as envie de faire, il ne sera pas jamais trop tard.

Scribe 07/09/2008 00:30

Si tu sais ce que tu veux faire, c'est l'essentiel, parce qu'après ce n'est qu'une question de volonté. Bien sûr, c'est plus facile à dire qu'à faire, mais c'est vrai. Quand tu as un but, tu sais quel chemin suivre, le travail nécessaire, le temps que ça prendra, même si ça s'annonce difficile et que tu passes par des phases de découragement.

Moi je nage dans le flou, du coup je ne sais pas trop sur quoi me concentrer. Faut que je trouve quelle montagne je veux gravir et les choses seront beaucoup plus claires.