La légende de Mick Jagger

Publié le par Scribe

Y'a des choses dans la vie sur lesquelles on ne transige pas. Hier soir, par exemple, je n'aurais pour rien au monde manqué la réunion bi-mensuelle du Comité pour la Vérité sur Pascal Sevran. Je ne manquerai pas de vous parler un jour de cette association visant à faire tomber le masque de ces puissants qui œuvrent à d'obscures fins au sein d'un complot mondial pour faire croire aux honnêtes citoyens que nous sommes que Pascal Sevran, comme d'autres rock stars avant lui (Elvis, Jim Morrison, Hitler ou encore Michael Jackson), serait mort et enterré, alors que tout un chacun sait qu'il vit encore des jours heureux, quelque part en Afrique. Heu, pardon, en Amérique du Sud. Oui, Pascal est de ceux qui savent entretenir cette sentimentale nostalgie, et Dieu sait s'il a dû penser aux hommes illustres qui l'ont précédé dans cet exil vers ces terres si promptes à vous offrir un asile discret.

Mais mettons fin à cet aparté, car tout cela pour dire qu'étant à cette réunion, je n'ai pas pu assister à l'interview du siècle, celle de Mick Jagger, hier, sur le plateau du 20h de France 2. Quand je dis l'interview du siècle, je pèse mes mots, parce qu'à en juger par le ras-de-marée provoqué dans la presse aujourd'hui (ah si si, ras-de-marée, y'avait toute une demi colonne 20 Minutes), la pierre qui roule sa bosse dans les soirées people n'a pas été avare en scoops tonitruants. Oh bien-sûr, moi je ne l'ai pas vue, l'interview, mais il aura sûrement été question de l'incroyable fait qu'il soit toujours d'attaque après toutes ces années, dites-moi-Mick-comment-faites-vous-pour-être-toujours-rock'n'roll, ou encore de sa bouleversante passion pour le cinéma, alors-Mick-vous-êtes-à-Cannes-le-cinéma-vous-aimez-?, sans parler de la tétanisante séquence nostalgie, mais-alors-Mick-quels-souvenirs-de-cette-époque-ah-oui-dis-donc-c'est-dingue.

Je pense que vous imaginez à présent à quel point je regrette d'avoir manqué ça, surtout qu'un grand organe de presse en ligne m'avait fait saliver sur l'événement :

Mick_Jagger_France_2.png


La première ligne du corps de texte avait particulièrement attiré mon attention :

Légende vivant du rock, Mick Jagger honore de sa présence le Festival de Cannes [...]


Honnêtement, je voix deux solutions. Soit la faute est intentionnelle, auquel cas ce serait une critique fine et cruelle de l'artiste qui donne des croquettes avec de vrais morceaux de pépites d'or dedans à son chinchilla domestique, sous-entendant, ô infamie, qu'il aurait bien profité de sa carrière de rock star rebelle pour se remplir les poches et les narines, soit c'est une coquille involontaire comme il s'en sème un peu partout sur ce genre de site. Laissons à Julien Thomas de Télé-Loisirs.fr, auteur de cet article, le bénéfice du doute, et libre à chacun d'y voir ce qu'il veut.

Pour ma part je crois avoir choisi la version que je préfère, mais bien malin celui qui pourra deviner le fond de ma pensée.

Commenter cet article

Yann 03/08/2010 13:25


Reviens nous, Scribounet! Je suis en manque, je relis les vieux articles du coup. Ca craint un peu, non?


Scribe 19/07/2010 21:40


Oui, et j'y peux rien, ça vient encore d'un piratage, probablement...


Yann 19/07/2010 21:38


Y'a re de la pub sur ton blog, espèce de toi.