♫ Archive - Last Five [4]

Publié le par Scribe




Album
Londinium

Date
1996

Morceau coincé entre
Last Chance de Taï Phong et Last Goodbye de Jeff Buckley

Un œil sur la pochette

Un œil sur les paroles
Hell was a place I knew a long time ago
Everything was dark, there were mazes all around
Here is where I am, here is where I was
Here is where I don't want to be.
Hell was a place I found by mistake
A garden secret yet inviting door
Leading to a place
I'm finding hard to let go.


PS : Les sites de paroles en lignes sont des incapables. Non content de se plagier ouvertement les uns les autres, ils trouvent le moyen de proposer des textes bourrés d'erreurs et de fautes, sans que ça les gêne le moins du monde. Ça devait être dit.
J'espère que mes corrections sont bonnes.


L'anecdote Les anecdotes
(oui, aujourd'hui c'est Noël)
1) Roya Arab, la merveilleuse voix aérienne de cet album, a maintenant laissé tomber la chanson et est devenue... archéologue, et oui. Vous venez d'obtenir, à force de sang et de sueur, un doctorat en archéologie ? Perdu, la voie royale maintenant, c'est la Star Ac'.
2) Dans la partie rap de la chanson, on peut entendre "Ain't no mountain high enough, valley low enough". Un clin d'œil à la chanson de Diana Ross ? Il me plaît de le croire... (note : si ça se trouve cette expression est tout ce qu'il y a de plus commun en anglais... Oui bon ça va, me brisez pas mes rêves.)
3) Vous avez remarqué ? Il y a un piste cachée à la fin de la chanson...


S'il faut un mot de la fin :
Je nourris une passion assez inexplicable pour cet album, et ce presque depuis le jour où je l'ai eu entre les mains, sans que j'arrive vraiment à dire pourquoi. Toutes les chansons ne sont pas formidables, mais il s'en dégage une atmosphère singulière, unique, comme une pluie fine tombant et ruisselant tantôt sur une vitre translucide, tantôt glissant sur un toit de tôle, tantôt encore martelant l'asphalte chaud d'une route lors d'une après-midi d'été. Je reparlerai de Londinium, parce que si je commence à m'épancher ici, je vais partir dans un texte de trois kilomètres, ce qui brisera, vous en conviendrez, le concept de ces notules musicales censées être brèves, divertissantes et surtout pas prises de chou. Allez écouter l'album sur Deezer, ça vaudra mieux qu'un long discours (pour le moment).

Publié dans Une musique - un jour

Commenter cet article